Chilly-Mazarin : l'association KiFékoi défend ses bénévoles

C'est un forum des associations à l'ambiance très politisée qui s'est déroulé ce samedi à Chilly-Mazarin. Certaines associations, qui en avaient été écartées lors de précédentes éditions par la municipalité, y ont fait leur retour ce samedi sur décision de justice.

http://www.leparisien.fr

Après les propos irrespectueux du maire de Chilly-Mazarin, au forum des associations, voici ma réponse, parce que VOUS le valez bien!

Bonne lecture!

Adeline Goudeau, présidente de KiFéKoi

Le texte intégral est ici:

"Fondatrice et présidente de KiFéKoi depuis 2012, je me dois d’apporter des précisions quant aux propos tenus par le maire de Chilly-Mazarin dans votre article paru ce jour.
Si je ne peux que rejoindre J-P. Beneytou sur le point que de (trop) « nombreuses associations n’ont pas droit à des subventions municipales », je le déplore justement. C’est effectivement un des problèmes qui nuisent à la dynamique associative de la ville depuis quelques années.
Mais surtout, je ne peux laisser dire que « KiFéKoi a un local gratuit et n’y fait rien ». Ces mots sont un réel manque de considération à l’égard des citoyens engagés bénévolement dans l’association, et des adhérents qui nous sont fidèles et qui nous rejoignent, comme en témoigne le vif intérêt des visiteurs du forum des associations de samedi.
Après la destruction des locaux de la MJC Gérard Blotnikas où nous accueillions les familles un samedi sur deux, KiFéKoi a effectivement signé une convention de mise à disposition d’un local en 2015 avec le bailleur I3F, l’association en paie les charges et a engagé de gros travaux de rénovation à ses frais. Ces travaux ont été financés par un crowdfunding et réalisés par une entreprise locale mais surtout par 10 bénévoles qui ont donné temps et énergie pendant de longs mois. Nous avons emménagé à l’été 2016. Mais il restait à réaliser des travaux de mise aux normes de sécurité pour l’accueil du public puisque le local est destiné à la création d’un café des enfants (Le Qui Café Quoi ?), travaux sans lesquels je me refuse de prendre la responsabilité d’accueillir des familles dans le local. Nous avons donc engagé la demande de travaux en 2016 à I3F, reçu un accord de prise en charge en février 2017. Après évaluation, chiffrage et montage du dossier, le bailleur a déposé une demande d’autorisation de travaux en mairie en septembre 2017. Après 6 mois d’attente et de relance, l’accord a été émis fin janvier. Un appel d’offre a été lancé en mars 2018 par notre bailleur. Nous sommes toujours en attente des travaux.
Hormis les travaux de sécurité, qui ne dépendent pas de nous, le local était prêt pour l’accueil du public dès septembre 2016, grâce aux bénévoles.
Par ailleurs, malgré l’impossibilité d’accueillir du public au local, et au-delà des travaux, l’association est active dans divers projets : nous proposons régulièrement des soirées conviviales qui accueillent jusqu’à 80 personnes dans une salle que nous devons louer, nous avons participé à des festivités auprès d’autres associations (Fête de la citrouille, Rue aux enfants à Draveil, Fête de la nature et du jeu à Longjumeau), nous avons organisé un week-end à la campagne, un week-end de formation au Festival pour l’Ecole de la Vie, fait venir André Stern pour une conférence au cinéma Truffaut, organisé la collecte de colis de Noel pour 30 familles logées dans les hôtels sociaux de la ville. Tout cela sans subvention mais avec le soutien de la CAF à travers le REAAP.
Personne ne peut donc s’amuser à dire que « KiFéKoi ne fait rien » sans faire preuve de mauvaise foi et sans nier volontairement les heures données par des bénévoles au service de leurs concitoyens. KiFéKoi pourrait être plus active si on le lui permettait mais elle ne vit et n’agit que grâce à des bénévoles dont je ne peux que saluer l’engagement et la persévérance, même si tout le monde ne veut pas le voir."